mars 08, 2021

 

Ce weekend, l’UFC nous a régalé avec une carte incroyable sur le plan sportif. C’est notamment le cas de la main card qui comptait nombre de challenges forts intéressants !

Sans plus attendre, revenons sur ce qui s’est passé au cours de cette soirée.

 

Aleksandar Rakic vs Thiago Santos :

Ce combat n’a pas été le plus fascinant de la soirée, mais il n’en demeure pas moins intéressant.

Rakic a rapidement installé sa boxe d’une part et son contrôle d’autre part, parvenant ainsi à mettre en déroute la puissance du brésilien. En effet, ‘Marreta’ semblait peiner à toucher l’autrichien qui se présentait comme plus mobile, plus percutant ; tout simplement plus efficace.

Cela dit, Thiago Santos ne démérite pas : il tente le nécessaire pour assommer Rakic mais faute d’y parvenir, parvient à arracher un round sur trois à la décision. Aleksandar Rakic remporte donc le combat par décision unanime et se fait une place de choix pour désormais viser le titre des light-heavyweight, titre d’ailleurs mis en jeu cette même soirée lors du combat Adesanya vs Blachowicz.

Pour Santos, c’est plus compliqué puisqu’il affiche une 3 défaite consécutive. Ayant pourtant donné du fil à retordre en 2019 au champion de l’époque qu’était Jon Jones, ‘Marreta’ peine à se renouveler. Cette guerre contre Jones est d’ailleurs, peut-être, l’une des raisons de sa baisse de régime puisqu’il avait subi de gros dommages aux jambes et aux pieds.

 

 

Islam Makhachev vs Drew Dober :

Considéré par beaucoup comme ‘le nouveau Khabib’, Makhachev faisait son retour dans l’octogone contre l’américain Drew Dober.

On a pu constater toute l’ampleur de la maitrise de Makhachev, qui digne successeur de son ami, partenaire d’entrainement et coach Khabib ; a étouffer Dober grâce à son grappling.

Il trouve le takedown très tôt dans le combat, Dober ayant beaucoup de mal à stopper la lutte du daghestanais. Il passe proche de la soumission à la fin du premier round via une clé de bras, mais Dober fait preuve de tout son sang-froid et d’une remarquable technique pour résister en attendant que le gong retentisse.

Makhachev finalise son adversaire au troisième round grâce à un étranglement bras-tête depuis la demi-garde, une soumission plutôt rare. Suite à son succès, le daghestanais a fait savoir qu’il souhaitait affronter un membre du Top 5 du classement lightweight de l’UFC.

 

 

Petr Yan vs Aljamain Sterling :

Le sport nous réserve son lot de surprise, ce combat en est la preuve.

Aljamain Sterling attaque très fort le combat en multipliant les assauts en pieds poings, parvenant à toucher un Petr Yan plutôt réservé. Le champion russe a en effet tendance à accélérer progressivement tel un diesel, ce qui le met régulièrement dans une situation où son adversaire peut s’exprimer avec aisance en début de combat.

Malgré tout, Yan se défend très bien grâce à sa garde très hermétique. Sterling continue de frapper en ajoutant le facteur lutte, mais Yan ne bronche pas. Quand Yan touche, Yan fait mal. La tendance s’inverse donc progressivement avec la baisse de régime de Sterling, l’accélération progressive du champion, ainsi que ses touches de plus en plus dures.

Proche de la fin du 4ème round, le combat semble perdu pour Sterling qui tente tant bien que mal à résister au tank russe. Mais stupéfaction : alors que Sterling à un genou au sol, Yan le frappe avec un coup de genou en pleine tête, un coup totalement illégal en MMA. En effet, avec un genou posé au sol, Sterling est considéré comme étant au sol et dans ce genre de situation, il est strictement interdit de porter un coup de pied ou de genou au visage.

L’arbitre intervient, le médecin également, Petr Yan est disqualifié. Il perd donc le combat qu’il semblait parfaitement mener et voit sa ceinture être remise à la taille de Sterling. Cela est extrêmement rare, c’est d’ailleurs la première fois qu’un combattant perd sa ceinture par disqualification à l’UFC des suites qu’un coup illégal.

Il ne fait cependant aucun doute que la victoire est amère pour Aljamain Sterling, déclaré vainqueur par disqualification d’un combat qu’il perdait.

L’UFC travaille donc à organiser une revanche entre les deux hommes.

 

 

Amanda Nunes vs Megan Anderson :

Si la discussion autour du GOAT (‘Greatest of All Time’ – littéralement ‘le plus grand de tous les temps’) semble un débat éternel chez les combattants masculins, il y a chez les femmes une combattantes qui fait l’unanimité. Amanda Nunes a prouvé une fois de plus qu’elle est largement au-dessus de la concurrence en écrasant Megan Anderson en tout juste 2min03.

Effectivement, les deux femmes se sont échangées quelques frappes avant que Nunes ne tente une amenée au sol fructueuse, à partir de laquelle elle parvient à passer un étranglement en triangle inversé accompagné d’une pression sur le coude d’Anderson.

Que ce soit en bantamweight ou en featherweight, Nunes ne semble pas avoir d’adversaire à sa hauteur.

 

 

Jan Blachowicz vs Israel Adesanya :

Nous voici enfin au main event de la soirée ! Israel Adesanya, champion des poids moyens, montait d’une catégorie pour affronter Jan Blachowicz le champion des poids lourds-légers dans l’optique de lui ravir son titre et ainsi devenir double-champion.

Favori des bookmakers, Adesanya commence fort le combat en prenant sa distance et en touchant Blachowicz. Le champion polonais remise mais reste prudent.

Les premiers rounds se déroulent exclusivement débout, dans le domaine de prédilection d’Israel Adesanya. Mais Blachowicz n’est pas en reste et se débrouille même bien mieux que prévu. En effet, il touche le nigérian plus durement qu’il ne se fait toucher et, contre toute attente, tient en respect l’ancien champion de kickboxing sur son propre terrain de jeu.

Dans les deux derniers rounds, le polonais ajoute une composante au duel : le grappling. Il parvient à amener Adesanya au sol avec de magnifiques takedowns parfaitement timés et pèse de tout son poids pour étouffer le champion des middleweights.

Dans le dernier round, il enclenche une phase de ground and pound qui met Adesanya en difficulté. Le gong sonne la fin du combat et Jan Blachowicz remporte l’opposition par décision unanime, retenant ainsi sa ceinture et privant Israel Adesanya de marquer l’histoire du MMA.

Évidemment, malgré sa défaite, nous ne pouvons que saluer l’audace d’Adesanya qui a tenté de réaliser un véritable exploit en affrontant Jan Blachowicz. Mais ce combat nous rappelle que d’une part, les catégories n’existent pas pour rien et que d’autre part, certains combattants ont tendances à être enterrés trop facilement. Blachowicz est un adversaire redoutable qui ne se résume pas à une grosse force de frappe. C’est un fighter expérimenté et intelligent qui a su développer la maitrise des différentes facettes des arts martiaux mixtes au travers de sa carrière. Trop peu de personnes l’ont réellement pris au sérieux mais chez Primal Tribute, nous sommes fiers d’avoir misé sur lui.

Qu’en est-t-il d’Adesanya ? Il affirme vouloir redescendre chez les middleweights mais n’exclut pas la possibilité de revenir chez les light-heavyweights un jour ou l’autre.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Rejoins la tribu !